Jordan et Thibault

Rencontre avec Jordan et Thibault, deux jumeaux qui ont choisi le portage salarial comme statut

L’un est consultant en communication, l’autre est consultant en logistique. Portraits de deux jumeaux freelances, Jordan et Thibault, qui ont chacun leurs raisons d’avoir choisi le portage salarial pour exercer leur activité professionnelle.

Pouvez-vous nous présenter vos métiers et sous quel statut vous l’exercez ?

Jordan : Je suis consultant en communication. J’aide les entreprises à élaborer leur plan de communication digitale : bilan de l’existant, définitions de nouveaux objectifs, élaboration d’un plan d’action chiffré et planifié. Après avoir exercé dans une agence de communication pendant 10 ans, je me suis mis à mon compte afin de pouvoir choisir mes clients. J’ai aujourd’hui la chance de conseiller des clients très diversifiés, de la PME au grand groupe.

Thibault : Je suis consultant en logistique spécialisé en agro-alimentaire. Mon objectif est d’aider les entreprises agro-alimentaires à améliorer leur process de production. J’interviens quand un site a rencontré un problème dans sa chaîne de production, par exemple une alerte sanitaire, ou pour optimiser les coûts de production. J’ai exercé dans un grand groupe international où j’ai fini par m’ennuyer. Je me suis donc installé comme consultant freelance pour donner un second souffle à ma carrière.

Vous avez tous les deux choisi le portage salarial. Pouvez-vous nous dire pourquoi ?

Jordan : Le portage salarial présente un double intérêt pour moi. Tout d’abord, quand j’ai lâché mon travail de salarié, j’ai voulu limiter la prise de risque lié au statut de freelance. Avec le portage salarial, je garde tous les avantages du salariat, y compris l’assurance chômage. J’ai aussi vite réalisé que passer par une société de portage réputée est une garantie de sérieux pour certains clients, en particulier les grandes entreprises. Grâce à ma société de portage salarial, j’ai ainsi pu accéder à des missions de consultant en communication pour des grands comptes, ce qui aurait été beaucoup plus difficile si j’avais ma propre entreprise.

Thibault : Pour ma part, mon métier de consultant en logistique m’amène à voyager énormément pour me rendre sur des sites de production, y compris à l’étranger. Étant perpétuellement en déplacement, je n’avais pas envie de m’encombrer avec toute la paperasse liée à la gestion d’une entreprise. Le portage salarial permet de se délester de toute la gestion administrative de son activité de freelance et c’est parfait pour moi ! Il est également beaucoup plus simple de travailler à l’étranger en portage salarial. La fiscalité et le droit varient énormément selon les pays dans lesquels je vais travailler Le chargé d’affaires de ma société de portage m’aide à négocier mes contrats de mission au cas par cas. De plus, en étant consultant porté, je bénéficie des mêmes avantages que les freelances en portage salarial en France en terme de rémunération, de protection sociale, d’assurance professionnelle…

Comment avez-vous choisi votre société de portage salarial ?

Jordan : Comme je suis consultant en communication, j’ai d’abord fait de sérieuses recherches sur le net ! Cela m’a permis de faire un premier tri. J’ai ensuite rencontré les sociétés de portage qui semblaient les plus intéressantes à mes yeux. Les critères qui ont été déterminants pour moi sont la proximité géographique et la taille du réseau professionnel. Il m’a en effet semblé important de choisir une société de portage qui ait des bureaux à proximité du lieu où je vis et je travaille. Je trouve qu’il est essentiel de rencontrer de temps à autre mon chargé d’affaires pour faire un point sur ma carrière de consultant freelance. J’ai aussi été séduit par le réseau professionnel que m’offre ma société de portage. Elle compte nombre de freelances spécialisés dans le marketing, la communication, le graphisme ou le web, ce qui me permet de créer des synergies professionnelles très intéressantes.

Thibault : Sans conteste, son expérience à l’international. J’ai d’emblée cherché une société de portage qui accompagne de nombreux freelances à l’international et dans tous les coins du globe. Pour cela, j’ai rencontré de nombreuses sociétés de portage et je les ai longuement questionnées sur les conditions de réalisation du métier de consultant freelance à l’international. Ce qui a fait la différence pour moi, c’est d’avoir un chargé d’affaires dédié qui me suit de près et est facilement joignable. Quels que soient mes besoins, je sais qu’il fera son maximum pour y répondre. J’apprécie également la plateforme d’e-learning mise en place par la société de portage que j’ai choisi. Elle me permet d’accéder facilement à des formations à distance.

Qu’appréciez-vous aujourd’hui le plus dans votre société de portage salarial ?

Jordan : Sans hésitation, tous les événements mis en œuvre par la société de portage pour faire se rencontrer les freelances : formations, ateliers, petits déjeuners d’affaires, afterwork conviviaux… C’est vraiment de très belles occasions de rencontrer d’autres consultants portés. Je trouve cela très enrichissant professionnellement de pouvoir échanger entre freelances sur nos préoccupations, des conseils… Grâce à ma société de portage, j’ai enrichi mon réseau avec des freelances qui exercent la même activité que moi. J’ai aussi fait la connaissance de travailleurs indépendants qui ont une activité complémentaire à la mienne. Si j’ai besoin d’un graphiste, d’un rédacteur web ou d’un community manager, je sais où le trouver. J’ai ainsi eu l’opportunité de monter des équipes de freelances pluridisciplinaires pour répondre et remporter de gros appels d’offre.

Thibault : Quand on est tout le temps en déplacement, c’est très rassurant d’avoir un interlocuteur unique pour gérer administrativement votre activité. Je suis suivi par mon chargé d’affaires comme n’importe quel freelance porté, même si je suis à l’étranger. Comme j’ai le même statut que les freelances qui exercent en France, je sais aussi que lorsque je déciderai de rentrer, il me sera moins difficile de réorienter ma carrière de freelance pour exercer dans l’hexagone. Je bénéficierai du même droit à la formation et, si besoin, des allocations chômage, comme tout salarié. Et j’espère bien en profiter pour garder ma liberté de travailleur freelance !

Rencontre avec Jordan et Thibault, deux jumeaux qui ont choisi le portage salarial comme statut
Notez cet article

Thomas Paranis

Thomas Paranis

Après 11 ans à la tête de ma propre entreprise de conseil, j’ai décidé pour des raisons personnelles de cesser cette activité et d’avoir recours au Portage salarial. Aujourd’hui je souhaite partager mon expérience et mes connaissances sur cette nouvelle forme d’emploi encore peu connue en France.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

X