Lancer son activité

J’aimerais me lancer, mais…

Devenir freelance, un rêve caressé par beaucoup de salariés… Pourtant, peu franchissent le pas. Il est normal et légitime d’avoir des inquiétudes lorsque l’on décide de devenir travailleur indépendant. Mais si les freins à la création d’une activité professionnelle freelance sont nombreux, ils peuvent facilement être levés ! Nous vous aidons à trouver des réponses à toutes vos questions.

Je ne sais pas par où commencer…

Devenir travailleur indépendant lorsque l’on a été salarié chamboule le quotidien et peut être anxiogène. Le premier conseil que l’on peut vous offrir, c’est de vous donner du temps avant de vous lancer dans votre nouvelle activité de freelance. Prenez le temps de répondre à tous les points qui vous posent problème en faisant des recherches sur internet, en participant à des journées sur la création d’entreprises, en rencontrant d’autres freelances ou des consultants. Vous pourrez ainsi vous faire une idée aussi précise que possible de ce qui vous attend et répondre à vos principales interrogations : dois-je créer une société ? Est-ce que mon idée est rentable ? Quels sont les prix pratiqués sur mon secteur d’activité ? Comment me vendre ?…

Si cela est possible pour vous, testez votre nouvelle activité avant de devenir freelance à plein temps, en travaillant le soir ou en étant salarié à mi-temps. Marie a par exemple démissionné pour devenir rédacteur web après avoir testé son activité tout en étant salarié. «Pour cela, explique-t-elle, je me suis juste inscrite en tant qu’auto-entrepreneur. Pendant 2 ans, j’ai fait des rédactions web le soir et le week-end tout en cherchant comment je pouvais en vivre. Ça a été une période difficile de ma vie car très prenante, mais aujourd’hui je ne regrette pas d’avoir pris le temps de me lancer. Ce temps m’a permis de me renseigner sur la réalité économique du marché, de me rassurer sur la manière dont mes prestations sont perçues et surtout de trouver la formation qui me manquait avant de me mettre à mon compte à plein temps».

J’ai peur de ne pas gagner ma vie

L’argent figure parmi les préoccupations majeures de nombre d’apprentis freelances. La crainte de ne pas gagner assez d’argent et de ne pas arriver à payer ses factures est en effet courante, surtout lorsque l’on débute. Pour certains, devenir freelance nécessite également de faire des investissements et donc de devoir rapidement faire entrer de l’argent pour rembourser des emprunts. Vous pouvez bien sûr mettre de l’argent de côté avant de vous lancer mais n’oubliez pas de faire le tour de toutes les aides qui peuvent vous aider à passer le cap du lancement d’activité: allocations chômage, aide à la création d’entreprise, prime d’activité, crowfunding… Les aides sont plus nombreuses que vous ne l’imaginez. Pour ceux qui ont peur de l’échec et de se trouver démuni si leur activité de freelance périclite, il y aussi la solution du portage salarial, qui vous permet d’être indépendant tout en bénéficiant de certains avantages du salariat, comme les cotisations chômage.

J’ai peur de me retrouver seul

Vous étiez salarié dans une entreprise et vous voilà tout à coup seul chez vous devant votre ordinateur… Même si vous avez le goût de l’indépendance, la solitude du freelance peut être pesante. Et votre conjoint peut ne pas être très réceptif à vos difficultés ou à votre stress. Travailler de chez soi ne doit pas être synonyme d’isolement professionnel, au contraire. Pour ne pas vous enfermer dans votre tour d’ivoire et rompre l’isolement des freelances, les possibilités sont multiples : réseau professionnels sur internet, club d’entrepreneurs, participation à des rencontres professionnelles ou des forums… Pensez aussi à maintenir le contact avec vos anciens collègues de travail, ils peuvent contribuer à enrichir votre réseau professionnel. « Dès que je me suis mis à mon compte, témoigne François, designer freelance, je me suis inscrit à un réseau d’indépendants dans mon secteur géographique. Même si nous intervenons dans des domaines d’activité très différents, on a souvent des préoccupations communes. On se rencontre régulièrement de manière conviviale et c’est l’occasion d’échanger des astuces ou de nouer des partenariats intéressants. »

Je ne sais pas m’organiser

Vous voilà freelance ? A vous la liberté d’organisation et de gestion de votre temps de travail ! Mais vous ne profiterez pleinement de cette liberté que si vous savez vous organiser. Si l’organisation de votre activité professionnelle fait partie de vos points faibles, sachez qu’il existe de multiples astuces pour s’en sortir. Tout d’abord, faites en sorte d’avoir chez vous un local ou une pièce uniquement dédié à votre activité professionnelle. Il vous sera ainsi plus facile de séparer vie professionnelle et vie privée. Apprenez également à planifier vos tâches et à gérer votre agenda professionnel comme privé. Si vous craignez de ne pas y arriver, vous pouvez mettre en place une routine quotidienne en commençant par exemple votre journée par de la prospection ou des tâches administratives. Une fois que vous aurez mis en place ce planning quotidien, vous verrez qu’il sera moins dur de s’y tenir.

Autre solution possible : réserver un bureau dans un espace de coworking. «J’ai vraiment mis du temps à trouver le bon équilibre de vie, explique Françoise, webmaster, ma vie professionnelle empiétait beaucoup trop sur ma vie privée. Tout s’est arrangé quand je me suis mis à louer un bureau dans un espace de coworking. Comme je n’ai ce bureau que sur des créneaux horaires précis, j’ai du m’organiser pour être plus efficace sur mon temps de travail. Maintenant, quand un client me téléphone en dehors de mes heures de travail, je le rappelle le lendemain, sauf s’il y a urgence ! »

Je ne sais pas gérer une société

Qui dit travail de freelance, dit obligations administratives. Facturations, relance des factures impayées, déclarations sociales et fiscales… Autant de tâches qui peuvent en rebuter plus d’un. Heureusement, si vous ne souhaitez pas prendre en charge la gestion administrative de votre activité de freelance, plusieurs possibilités s’offrent à vous. Vous avez tout d’abord le statut de micro-entrepreneur où les démarches administratives sont simplifiées. Vous pouvez également choisir d’externaliser la gestion administrative de votre activité auprès d’un comptable. Enfin, dernière possibilité, exercer son activité de freelance en portage salarial, un statut très confortable qui vous permet de travailler en toute liberté tout en délégant la gestion administrative de votre activité et en bénéficiant de certains avantages du salariat.

J’aimerais me lancer, mais…
Notez cet article

Paul Lefebvre

Paul Lefebvre

Webmaster du site Internet Le Portage Salarial . N’hésitez pas à me contacter si vous rencontrez une difficulté ou si vous avez la moindre question. Amicalement,

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

X