Congés payés en portage salarial : comment ça fonctionne ?

Congés payés

Les congés payés sont un droit pour les salariés et une obligation pour les employeurs. Comme leur nom l’indique, il s’agit de congés payés par les employeurs. Comme ils ont un statut de salarié, les consultants en portage salarial ont droit à des congés payés. Le calcul et l’octroi de ces congés diffèrent toutefois de ceux d’un salarié d’entreprise classique. Explications sur le fonctionnement du congé payé en portage salarial.

Congés payés : un droit identique à celui des salariés

Le consultant en portage salarial bénéficie d’un statut de salarié. À ce titre, il a accès à des congés payés, et ce, qu’il soit embauché en CDD ou en CDI par la société de portage. Comme dans le salariat classique, le consultant porté dispose de 2,5 jours de congé par an. Au bout d’un an, il dispose ainsi de 30 jours de congé, soit de 5 semaines de congés. Contrairement au salarié d’entreprise qui doit déposer des demandes de congé pour pouvoir profiter des congés payés, le consultant dispose de ces congés payés comme bon lui semble. Comme son statut est plus proche de celui du travailleur indépendant que celui du salarié, il a une totale liberté dans l’organisation de son emploi du temps. Il fixe lui-même ses périodes de congé. Sa seule obligation est de remplir les termes de sa mission à la date d’échéance.

En portage salarial, ni l’entreprise cliente ni la société de portage ne peuvent imposer un jour de travail au consultant. Le consultant jouit d’une liberté totale dans l’organisation de son travail. Il lui est ainsi possible de s’accorder des congés au moment où il le souhaite. Il n’a donc pas besoin de soumettre de demande pour pouvoir partir en congé payés. Il doit juste informer la société de portage de son absence pour congé. Cette liberté d’organisation ne signifie pas pour autant qu’un consultant en portage salarial peut partir en congé sur un coup de tête. Il doit toujours honorer les termes de son contrat. Ainsi, il doit faire en sorte que son départ en congé n’ait pas d’impacts négatifs sur le déroulement de sa mission. D’où la nécessité de bien anticiper sa période de congés. Si vous partez en vacances pendant une période de rush, vous risquez de ne pas respecter le deadline imposé par les clients, ce qui nuira à votre collaboration et pourra mettre un terme à votre contrat avec la société de portage.

Par déférence envers vos clients, prenez toujours la peine de les informer de votre départ en congé. Ils peuvent ainsi prendre leurs dispositions pour anticiper votre absence. Votre clientèle appréciera votre professionnalisme et ne manquera pas de vous recontacter dès votre retour. Toutefois, dès que vos congés sont terminés, informez-en vos clients. Ils sauront ainsi que vous êtes à nouveau opérationnel et que vous êtes prêts à accepter les missions qu’ils peuvent vous présenter.

Comment sont calculées les indemnités en congés payés en portage salarial ?

Comme la rémunération du salarié porté peut varier d’un mois à un autre, la méthode utilisée pour le calcul du montant des indemnités compensatrices de congé payé est la règle du 1/10e. Le montant de ces indemnités équivaudrait ainsi au 1/10e du salaire brut perçu par le salarié porté pendant un mois. Si le contrat est inférieur à trois mois ou à temps partiel, les indemnités des congés payés en portage salarial sont directement intégrées au salaire mensuel du consultant. Dans les autres cas, un compteur de droits à congés enregistre les jours de congé acquis qui peuvent encore être pris en cours de missions ou être rémunérés sous forme d’indemnité compensatrice lorsque le contrat de travail touche à son terme. Dans ce cas, le montant de l’indemnité perçue par le salarié porté correspond à 1/10e de la rémunération annuelle perçue par le salarié entre le 1er juin de l’année précédente et le 31 mai de l’année en cours. Pour bien comprendre, prenant un exemple bien précis. Si le consultant porté prend 21 jours de congé dans l’an et que sa rémunération annuelle sur la période de référence est de l’ordre de 35 000 euros. Le montant de ses indemnités sera donné par la formule suivante : (35 000/10) x (21/30), ce qui donne 2450 euros.

La nécessité d’anticiper

Concrètement, le consultant en portage salarial prend ses congés sans solde. Le montant des indemnités compensatrices qu’il aurait dû percevoir est directement intégré dans le salaire qu’il reçoit à chaque fin de mois. Il est ainsi important d’anticiper sur son budget et de bien gérer son activité pour pouvoir partir en congé en toute sérénité. D’une manière générale, il convient de tenir compte des congés payés dans l’établissement de son honoraire, afin de pouvoir se dégager un salaire en thésaurisant. Quand vous établissez votre honoraire de prestation, pensez à prendre une marge, pour pouvoir vous verser une rémunération lors de vos départs en congé.

 

 

 

Congés payés en portage salarial : comment ça fonctionne ?
Notez cet article

X