Entrepreneurs sociaux : quels enjeux pour son activité ?

Entrepreneurs sociaux : quels enjeux pour son activité ?

Il existe toujours une multiplicité de raisons expliquant le lancement d’une activité. Parmi elles, le besoin de faire avancer la société en fait partie. Vous vous intéressez aux formes alternatives d’entrepreneuriat dont l’entrepreneuriat social ? Notre article fait le point, pour vous, sur la question.

Repenser l’économie et les activités professionnelles

Choisir de créer une activité professionnelle ne repose pas uniquement sur la recherche de la rentabilité. Toutefois, la focalisation sur les principes de rentabilité peut générer des problèmes. En effet, certains dirigeants d’entreprise vont alors prendre des décisions contraires à l’intérêt général dans l’unique but d’augmenter les bénéfices réalisés.

Dans ce contexte, certains entrepreneurs tentent de repenser les rapports économiques entre les entreprises et avec les consommateurs. L’objectif de l’entrepreneuriat social est d’utiliser l’outil de l’entreprise comme moyen de changer la société.

Par ailleurs, en travaillant dans l’entrepreneuriat social, certains dirigeants poursuivent l’objectif d’en faire carrière. Ils n’aident plus seulement les autres lors d’actions bénévoles limitées mais inscrivent pleinement leur activité professionnelle dans des enjeux de solidarité.

L’entrepreneuriat social va souvent être le fait d’individus et d’auto-entrepreneurs. Par une idée ou une inspiration, certains professionnels motivés vont chercher des solutions nouvelles. Cette dynamique positive et inclusive gagne également les grandes entreprises. Toutefois, ces avancées vont plutôt se regrouper sous la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE).

Avec la RSE, l’objectif est également d’agir à l’intérieur de l’entreprise et de mieux protéger les salariés contre les accidents, les discriminations, les inégalités ou les formes de harcèlement…

Les champs d’activité couverts par l’entrepreneuriat social

L’entrepreneuriat social peut donc se définir comme étant la somme des initiatives professionnelles dont l’objectif principal est lié à l’intérêt général. La lucrativité de l’initiative est importante mais n’apparaît pas comme le but principal.

Ainsi, l’entrepreneuriat social poursuit souvent les mêmes objectifs que l’économie sociale et solidaire. Dès lors, plusieurs domaines d’intervention sont particulièrement importants pour les entrepreneurs sociaux :

  • L’accès aux soins ;
  • L’accès au logement ;
  • La lutte contre le chômage et principalement le chômage de longue durée ;
  • La protection de l’environnement et de la biodiversité ;
  • Le développement des énergies renouvelables.

Ainsi, généralement, les entrepreneurs sociaux sont poussés par l’envie de créer de nouveaux liens de solidarité. Comme nous allons le voir plus bas, la dimension collective et plurielle est essentielle dans l’entrepreneuriat social.

Comment intégrer le groupe des entrepreneurs sociaux ?

Il est parfaitement possible, pour n’importe quel entrepreneur, de diriger son activité vers un domaine utile aux autres et à la société. Pour y parvenir, un entrepreneur doit d’abord se poser plusieurs questions fondamentales.

L’analyse des besoins

Un entrepreneur social va, en fonction de ses affinités et de ses sujets de prédilection, observer un manque dans la société. En effet, il va s’agir d’éviter de “concurrencer” une association déjà existante en proposant des services payants.

Ainsi, l’objectif est d’identifier un besoin insatisfait ou un problème qui ne peut pas être résolu par le travail bénévole d’une association. Un entrepreneur social va nécessairement utiliser des compétences techniques au service d’une cause. Toutefois, l’usage de ces compétences ne doit pas être à la charge du public cible mais des partenaires. Ces derniers peuvent avoir un intérêt réel à ce qu’un entrepreneur prenne en charge un problème identifié.

L’observation de l’environnement et des parties prenantes

L’entrepreneuriat social est une démarche collective qui nécessite de mettre en synergie des structures différentes. L’entrepreneuriat social suppose donc d’identifier des parties prenantes et des partenaires potentiels.

La question doit également se poser sur le modèle économique. Il va s’agir d’être en mesure de proposer une offre commerciale permettant de convenir à un ensemble d’acteurs sans paraître profiter d’une situation de précarité.

Par ailleurs, le travail collectif avec les parties prenantes doit se réaliser dans une logique d’entraide. Il va s’agir, au final, de consolider un écosystème professionnel organisé autour d’une thématique précise.

La recherche de financements innovants

Les projets utiles à la société nécessitent souvent des fonds conséquents. Dans le même temps, les entrepreneurs sociaux ont rarement des apports personnels suffisants pour couvrir tous les investissements nécessaires. Dans ce contexte, la recherche de financements devient une obligation.

Toutefois, les conditions d’un emprunt bancaire peuvent être difficilement compatibles avec l’entrepreneuriat social. En effet, ce dernier ne recherche pas, comme nous l’avons vu plus haut, la stricte recherche du profit. Les partenaires bancaires peuvent alors avoir des doutes sur la pérennisation de l’activité et durcir leurs conditions d’octroi d’un emprunt.

Il est donc préférable de miser sur des modes de financements dits innovants. Ainsi, le crowdfunding fait partie des solutions régulièrement évoquées par les entrepreneurs sociaux. En effet, le crowdfunding (ou financement par la foule) comporte les avantages suivants :

  • La méthode. En organisant une campagne de crowdfunding, un entrepreneur social doit alors se pencher sur les aspects budgétaires, le marché, les canaux de communication, etc… En bref, cette campagne l’oblige à déterminer sa méthode et sa stratégie, ce qui participe à consolider son projet professionnel.
  • La trésorerie. Les dons obtenus à travers une campagne de crowdfunding ne sont pas remboursables (sauf dans des configurations particulières). Dès lors, il s’agit d’un apport financier non négligeable et n’impactant pas la trésorerie future.
  • La communication. En mobilisant autour de sa campagne de financement participatif, un entrepreneur social fait connaître son projet et facilite la conclusion des partenariats futurs.

L’étude d’impact de son activité

Enfin, en dernier point, il est nécessaire d’étudier l’impact de son activité sur son environnement. L’entrepreneuriat social suppose d’intégrer les enjeux environnementaux, sociaux et économiques pour aboutir à une offre cohérente et complète.

Entreprendre librement avec le portage salarial

Entreprendre nécessite, malgré tout, de penser une activité capable de supporter différentes charges. Il s’agit alors de trouver son marché, ses clients et ses fournisseurs.

Dans cette configuration, certains entrepreneurs (y compris du mouvement de l’entrepreneuriat social) souhaitent déléguer les missions administratives et comptables à des tiers experts. Les sociétés de portage correspondent parfaitement à ce type de besoin et peuvent accompagner les entrepreneurs dans la gestion de leur activité.

Le portage salarial vous intéresse ? Contactez nos équipes pour en savoir plus !

Rate this post

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

X