Comptabilité : 10 notions à maîtriser pour son activité

La gestion et la direction d’une entreprise s’accompagnent d’une multitude de tâches annexes : administratives, fiscales et comptables. Ainsi, un professionnel indépendant doit faire preuve de polyvalence. Vous souhaitez mieux connaître les notions comptables applicables à votre activité ? Notre article fait le point sur le sujet.

Les notions comptables à connaître et comprendre

Pour gérer au mieux son activité, il est indispensable de connaître un ensemble de notions comptables. Tour d’horizon des 10 notions principales à maîtriser.

1. Le Compte de Résultat

Le Compte de Résultat est un document structuré en deux colonnes avec les produits et les charges. Dans les produits, nous retrouvons toutes les sources de recettes d’une entreprise. La grande partie des produits est composée des ventes, soit le chiffre d’affaires. Les charges regroupent toutes les dépenses courantes (énergie, rémunérations, impôts, déplacements, frais bancaires…).

Le Compte de Résultat se réalise sur une période de 12 mois. La période peut être exceptionnellement plus longue lors de la première année de création de l’entreprise.

2. Le Bilan

En comptabilité, le Bilan s’organise également en deux colonnes principales avec l’Actif et le Passif :

  • Le Bilan Actif regroupe tout ce que l’entreprise possède avec les véhicules, les terrains, les stocks, les disponibilités bancaires, etc…
  • Le Bilan Passif regroupe tout ce que l’entreprise doit comme les emprunts, les dettes fournisseurs, les impôts à payer, etc…

Ainsi, le Bilan va intégrer des opérations sur plusieurs années et suivre la situation globale de l’entreprise.

3. Le Plan Comptable Général

En comptabilité, chaque opération dispose d’un numéro de compte figurant dans le Plan Comptable Général (PCG). Le Plan Comptable Général se présente donc comme une nomenclature comptable qu’il convient de maîtriser pour enregistrer correctement les opérations.

Les opérations sont regroupées en familles de comptes. Ainsi, les charges correspondent aux comptes de classe 6 et les produits à la classe 7.

4. Débit et Crédit

Les notions de débit et de crédit sont, à ce titre, indispensables à connaître pour réaliser le journal comptable. L’enregistrement comptable suppose alors de mettre “en balance” au moins un compte de crédit et de débit. À titre d’exemple, le paiement d’une prestation de vente suppose de :

  • Mettre au débit le montant sur l’intitulé comptable 512 des “disponibilités bancaires” ;
  • Mettre au crédit le montant sur l’intitulé comptable 706 “Prestations de services”.

 

5. Les immobilisations

Les immobilisations correspondent à l’ensemble des éléments qu’une entreprise va amortir sur plusieurs années. Ainsi, il va s’agir d’acquisitions qui ont une certaine valeur comme l’achat de bâtiments, de terrains ou de machines. Les professionnels indépendants peuvent, par exemple, amortir l’acquisition de leur poste informatique (bureau, ordinateurs, logiciels, …).

Les immobilisations apparaissent dans le Bilan Actif dans les numéros de comptes de classe 2.

6. Le Résultat de l’exercice

Le résultat de l’exercice correspond au bénéfice ou à la perte réalisée sur une année comptable. Ce résultat est le fruit de la soustraction des charges aux produits (dans le Compte de Résultat).

Le Résultat de l’exercice apparaît également dans le Bilan (colonne Passif) au compte 12. La somme des résultats des exercices précédents donne le Report à Nouveau (RAN) que l’on retrouve également dans le Bilan passif au compte 11.

7. La production stockée

Cette notion peut également concerner les professionnels indépendants. Il arrive que certains professionnels réalisent une production mais qu’elle ne soit pas vendue durant l’année en cours. Cette production va alors être stockée et valorisée dans les documents comptables. Cette production stockée peut concerner les biens et certains services et apparaît au compte 71.

8. Les comptes de TVA

Les entreprises constituées en société doivent déclarer la TVA perçue sur leurs ventes et celle payée sur leurs achats. Ainsi, un entrepreneur doit maîtriser les comptes suivants :

  • Le compte 4457 – TVA Collectée. Il s’agit de la TVA sur ses ventes qu’une entreprise collecte pour l’État.
  • Le compte 4456 – TVA Déductible. La TVA payée sur les factures d’achat peut être “remboursée” par l’État d’où l’intérêt de bien les déclarer.

Une déclaration de TVA se réalise mensuellement et doit être précise à l’euro près.

9. Les dettes fournisseurs et créances clients

Au terme d’une année, un professionnel doit donc comptabiliser les différentes dettes fournisseurs et créances clients dans son Bilan.

Les dettes fournisseurs (Compte 40 – Fournisseurs et Comptes rattachés) correspondent à toutes les factures des fournisseurs que l’entrepreneur n’a pas encore payées. Ce non-paiement ne signifie pas un défaut de paiement. En effet, une facture de décembre d’une année N peut être réglée le janvier de l’année N+1 créant, de facto, une dette fournisseurs sur l’année N.

Les créances clients (Compte 41 – Clients et Comptes rattachés) correspondent ainsi aux factures que les clients n’ont pas encore payées. Le suivi des paiements est essentiel pour garder un bon niveau de trésorerie.

10. Le capital social

Le capital social (Compte 10 – Capital et Réserve) correspond, quant à lui, aux apports des actionnaires d’une entreprise. Ces apports peuvent être de différentes formes :

  • En numéraire. Il s’agit tout simplement d’un apport en argent.
  • En nature. Cet apport se compose d’équipements, de véhicules, de brevets et de tout autre élément qui a une valeur.
  • En industrie. L’apport va alors se structurer autour d’une compétence précise et indispensable à la réalisation de l’activité.

Par ailleurs, les apports des différents actionnaires peuvent être réalisés immédiatement ou versés partiellement au fil des années.

La comptabilité en portage salarial

La comptabilité, pour les salariés en portage salarial, est très différente de ce qui s’applique pour les professionnels indépendants. En effet, ces derniers ont l’obligation de produire des documents comptables. Ces obligations varient en fonction de la taille de leur activité et du statut juridique choisi.

Les salariés portés se limitent donc à un suivi des paiements clients et à la gestion de leurs charges (fixes comme variables). La production des documents comptables relève de la société de portage employeuse.

Vous avez des questions sur les contrats en portage salarial ? Contactez rapidement nos équipes pour en savoir davantage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

X