Se préparer professionnellement à un nouveau confinement

Se préparer professionnellement à un nouveau confinement

La situation sanitaire française reste, semaine après semaine, inquiétante et tendue. Dans ce contexte, il est nécessaire d’anticiper les choses et de repenser ses activités. Vous êtes un professionnel indépendant et vous souhaitez avoir des conseils pour vous préparer à un nouveau confinement ? Notre article détaille tous les points à prendre en considération.

Les risques d’une dégradation de la situation sanitaire

Depuis mars 2020, la France et le monde sont entrés dans une crise sanitaire sans précédent. Un confinement strict avec un arrêt global de l’économie a été prononcé le 17 mars 2020. Un second confinement a ensuite été acté le 30 octobre 2020.

Si la situation sanitaire a pu légèrement s’améliorer depuis l’automne, elle reste pleine d’incertitudes pour les ménages comme pour les entreprises. Par ailleurs, la plupart des restrictions annoncées fin octobre 2020 n’ont pas été levées. Ainsi, l’annonce d’un troisième confinement pourrait se faire sur la base de restrictions fortes, sur le même modèle qu’en mars 2020.

Enfin, les deux premiers confinements ont fragilisé les écosystèmes professionnels. Il est donc à craindre qu’une troisième vague de restrictions vienne achever la santé financière de certaines entreprises. L’économie pourrait alors connaître des vagues de licenciements et de faillites, ce qui aurait indirectement et directement une répercussion sur l’activité des professionnels indépendants.

Dans ce contexte flou et incertain, il est nécessaire de se préparer, en tant que professionnel, à la survenue d’un éventuel troisième confinement.

Confinement : se préparer pour mieux le traverser

Le confinement, pour les professionnels, n’a rien d’une épreuve facile à traverser. Toutefois, il existe des solutions pour faire face, au mieux, aux nouvelles restrictions qui pourraient survenir. Le retour d’expérience des deux premiers confinements peut aider à définir une stratégie de crise. Un professionnel indépendant peut donc mettre en œuvre les actions suivantes.

Organiser et optimiser son travail

Un nouveau confinement suppose de devoir justifier les sorties de son domicile. Néanmoins, pour éviter de rester constamment connecté aux écrans, il est nécessaire d’organiser son activité.

Ainsi, les professionnels indépendants peuvent séquencer plus facilement leurs journées dans la mesure où les rendez-vous, rencontres, temps d’échanges en physique sont annulés. Chaque professionnel doit réfléchir aux moments, dans la journée, où il est le plus efficace.

Certains vont préférer travailler en soirée pour avoir leur journée de libre. D’autres privilégient plutôt un travail le matin en s’arrêtant à midi. Le tout est d’avoir une organisation qui structure ses journées. Cet état d’esprit permet de garder des repères et donc de mieux traverser un confinement et une privation de liberté.

Établir un budget de trésorerie

Le budget de trésorerie est un document financier permettant de suivre le niveau de trésorerie disponible sur une période donnée. Il s’agit alors de déterminer les encaissements prévisibles (ventes notamment) et les décaissements à venir (achats, impôts, rémunérations…).

Ce document de suivi facilite la prise de décision en établissant une vision stratégique de ses possibilités financières. Nous conseillons donc de réaliser, dès que possible, un budget de trésorerie pour son activité. Par la suite, ce document peut s’actualiser en fonction de l’évolution de la situation économique. Pour ce faire, il est nécessaire de faire le tour de ses clients pour connaître leurs prévisions de commandes.

Un nouveau confinement peut obliger certains clients de professionnels indépendants à arrêter temporairement leur activité. À titre d’exemple, les agences de communication ou prestataires numériques qui travaillaient avec des entreprises du BTP ont dû s’arrêter durant le premier confinement. En effet, les chantiers avaient été totalement mis à l’arrêt.

Réaliser une veille sur les aides

Dans le cas d’un nouveau confinement et de l’adoption de nouvelles restrictions, le gouvernement proposerait, en toute logique, des aides de compensation aux professionnels. L’erreur de certains entrepreneurs, durant le printemps 2020, a été d’avoir tardé à demander les aides disponibles.

Or, attendre n’est pas forcément la meilleure stratégie puisque cela vient affecter la trésorerie disponible. La baisse de la trésorerie crée alors du stress, de l’angoisse et une crainte légitime. Néanmoins, il est préférable de préserver sa santé mentale durant une période de confinement.

Dans le cadre d’un nouveau confinement et dans la continuité du point précédent, il est nécessaire de demander au plus vite les aides disponibles. Cette action va permettre de soulager sa trésorerie et d’avoir une meilleure visibilité pour les prochains mois. Par ailleurs, sécuriser le point “comptable” libère d’un poids et offre plus de possibilités pour adapter son activité.

S’adapter à la nouvelle situation

Le premier confinement du mois de mars 2020 a été une surprise et, pour certains, un choc. La situation serait différente en 2021 dans la mesure où des retours d’expérience existent pour chacun. Par ailleurs, de nombreuses entreprises ont digitalisé leurs activités, leur permettant d’être plus réactives dans le cas d’un passage au 100 % à distance.

En cas de nouveau confinement, il est donc nécessaire de prendre le temps disponible pour se préparer aux mutations de l’économie. L’erreur de certains entrepreneurs est d’avoir tardé à sécuriser leur trésorerie, ce qui leur aurait permis d’utiliser le confinement pour se former.

En effet, dans le cas d’une absence de commandes, un professionnel indépendant peut en profiter pour développer ses compétences, réaliser des tâches en attente ou adopter des logiciels pour gagner en efficacité.

Enfin, un professionnel indépendant doit se préparer à deux situations potentiellement complémentaires à l’issue d’un éventuel troisième confinement :

  • Le retour à une consommation normale et de rattrapage. Les commandes seraient alors plus élevées que d’habitude. De nouvelles pratiques et modalités de travail doivent donc permettre de les “absorber”.
  • L’accélération de la digitalisation de l’économie. Le suivi de formations, de webinaires, de tutoriels ou de podcasts doit permettre d’acquérir les compétences et connaissances nécessaires. Il s’agit d’être en mesure d’étendre l’éventail de son offre.

 

Nouveau confinement : en conclusion

Si au mois de février 2021, l’hypothèse d’un troisième confinement reste lointaine, il n’est est pas forcément de même pour le mois de mars. Ainsi, plusieurs champs risquent d’être bouleversés comme le réseautage, les techniques de négociation commerciale ou la définition du modèle économique. L’année 2021, comme l’année 2020, risque de connaître des mutations et des changements qu’il convient d’anticiper au mieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

X