Le rôle des incubateurs pour les indépendants

Le rôle des incubateurs pour les indépendants

Les professionnels indépendants peuvent être perdus lorsqu’ils commencent leurs projets entrepreneuriaux. Dans ce contexte, les incubateurs ont un rôle déterminant. Focus sur un type de structure indispensable lorsque l’on souhaite innover.

Les enjeux de l’entrepreneuriat

Les professionnels français sont de plus en plus intéressés par l’entrepreneuriat. À ce titre, les actifs ne se projettent plus dans une seule entreprise pour l’ensemble de leur carrière. Il existe une envie, de plus en plus marquée, de vivre une pluralité de « vies professionnelles ».

Dans ce contexte, le CDI n’apparaît plus comme l’objectif ultime. Si ce contrat permet d’offrir une stabilité et une assurance, le CDI n’est plus synonyme de statu quo. Les professionnels n’hésitent plus à démissionner pour créer leur propre entreprise.

Par ailleurs, les employeurs montrent de plus en plus d’intérêt vis-à-vis des candidatures atypiques. Ainsi, les passages temporaires dans l’entrepreneuriat sont désormais valorisés. La prise de risque de démissionner pour entreprendre pendant 5 ou 10 ans peut être, à terme, une solution qui permet de retrouver un CDI mieux rémunéré.

Enfin, le portage salarial s’inscrit aussi dans ce mouvement. Les entreprises de portage sécurisent l’activité d’un professionnel indépendant et le décharge de ses missions administratives et comptables. Un professionnel en portage salarial dispose des mêmes libertés qu’un entrepreneur classique tout en accédant à des protections supplémentaires.

Le monde professionnel connait alors une expansion croissante du nombre d’entrepreneurs potentiels. Ces derniers peuvent commettre des erreurs qui pénalisent leur activité. Ainsi, de plus en plus de structures émergent pour aider les porteurs de projet à concrétiser leurs envies.

Les principes de l’incubation

Le terme incubation a été récupéré du monde médical. Il s’agit des actions permettant de développer un embryon dans un œuf. Les incubateurs ont repris cette image pour traduire leur accompagnement.

Un incubateur va, en effet, « couver » une idée innovante dans le but d’assurer son bon développement. L’objectif est de permettre de faire éclore des entreprises à forte valeur ajoutée.

Les incubateurs, contrairement aux pépinières que nous voyons plus bas, s’adressent davantage aux entreprises innovantes et aux startups.

Les atouts des incubateurs pour les indépendants

Les indépendants peuvent avoir de multiples avantages à recourir à un incubateur. En effet, ces structures sont souvent des accélérateurs d’idées. Ce type d’accompagnement peut convenir aux entrepreneurs qui souhaitent se lancer rapidement sur un marché.

L’accompagnement d’un incubateur repose sur plusieurs axes fondamentaux :

  • L’aide au montage du projet. Cette aide va permettre de structurer l’idée innovante pour la « traduire » en projet d’entreprise. En règle générale, l’incubateur fait intervenir des experts à ce stade. Il s’agit de confronter l’entrepreneur aux réalités d’un marché.
  • L’accès à un réseau structuré. Un entrepreneur indépendant peut échanger et dialoguer avec d’anciens entrepreneurs incubés. Cet apprentissage en accéléré vient réduire les risques d’erreurs préjudiciables.
  • L’accès à différents équipements. Un incubateur peut aussi offrir un accès à des ateliers pour concevoir et tester sa production. Cela permet aux indépendants de réduire les coûts d’acquisition de ce type d’équipements.
  • La location d’espaces à coût réduit. Les entrepreneurs indépendants accèdent à des bureaux pour travailler et avancer en toute sérénité à des tarifs défiants toute concurrence.

Par ailleurs, lorsque l’on parle d’innovation, la question de la propriété intellectuelle reste particulièrement proche. Un incubateur peut aider un professionnel indépendant dans les formalités de demande de brevet. Il s’agit d’un point essentiel pour protéger ses recherches.

Enfin, en dernier point, il convient de porter une attention particulière aux financeurs. Un entrepreneur indépendant peut recourir à des investissements divers et variés. Il est important, dans le même temps, de ne pas perdre en pouvoir de décision en s’ouvrant aux financeurs. Ces derniers ont, en effet, des objectifs de rentabilité qui peuvent être différents de l’entrepreneur.

Les autres sources potentielles d’aide aux indépendants

Il existe d’autres possibilités d’être accompagné pour les entrepreneurs indépendants. Voici quelques exemples à disposition de tous les créateurs d’entreprises.

Les pépinières d’entreprises

Une pépinière est un lieu, dans le domaine agricole, servant à la pousse de jeunes arbres fruitiers ou forestiers. Le monde de l’entrepreneuriat a repris ce terme pour concevoir des lieux où vont « pousser » de jeunes entreprises.

Contrairement aux incubateurs, les pépinières d’entreprises ne se spécialisent pas dans les innovations et les nouvelles technologies. Une pépinière s’adresse alors à toutes les entreprises, quels que soient le niveau de développement ou leur secteur d’activité.

Les espaces de coworking

Les bureaux partagés ont souvent une place centrale dans la vie d’un entrepreneur indépendant. En effet, il s’agit généralement de lieux organisés en open space. Cette disposition facilite alors les échanges entre entrepreneurs.

Un espace de coworking permet souvent les échanges entre indépendants, malgré leurs différences. Ces lieux agissent comme des espaces de formation et de conseils pour les nouveaux entrepreneurs.

Par ailleurs, un espace de coworking peut organiser, plus ou moins régulièrement, des événements à destination de potentiels partenaires et/ou clients. Les membres du coworking peuvent alors profiter de ces événements pour se faire connaître. Le coworking ne permet pas seulement de travailler dans des bureaux à des tarifs réduits. Ces espaces facilitent le networking et le développement de son activité.

Les aides et exonérations sociales

L’appui à l’entrepreneuriat peut aussi passer par des coups de pouce financiers. Ainsi, l’État propose différents dispositifs pour les jeunes entrepreneurs indépendants.

L’ACRE permet de bénéficier d’une réduction de charges sociales pendant une durée de 12 mois. Les charges sont alors diminuées le temps d’atteindre un équilibre financier.

L’ARCE permet, quant à lui, de demander le solde de ses droits au chômage auprès de Pôle Emploi. En cas de droits importants sur une durée de plusieurs mois, le capital obtenu peut être de plusieurs milliers d’euros.

D’autres dispositifs existent à destination des entrepreneurs. Un site, aides-entreprises.fr, a recensé l’ensemble des aides existantes en France pour les entreprises.

En conclusion

L’entrepreneuriat gagne, chaque jour en France, en attractivité. Les organismes accompagnant les futurs entrepreneurs sont de plus en plus nombreux et permettent de tester son idée avant de se lancer. Les incubateurs sont donc essentiels pour être prêt plus rapidement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

X