Quelles aides pour financer votre projet ?

Quelles aides pour financer votre projet ?

La création ou le développement d’une entreprise nécessite, dans la plupart des situations, des apports financiers conséquents. Ce volume d’argent n’est pas toujours disponible auprès des dirigeants d’une entreprise. Il est alors nécessaire de demander un apport extérieur. Vous souhaitez connaître les aides permettant de financer votre projet ? Notre article fait un tour d’horizon de la question.

Les types d’aide disponibles

Un entrepreneur peut solliciter plusieurs types d’aide pour aider à démarrer son activité. Néanmoins, chaque aide a des implications et des conséquences différentes pour l’entreprise qui la demande. On distingue donc les aides existantes en les classant en grandes familles.

Les subventions

Il s’agit de l’aide classique par excellence. En règle générale, un organisme public ou para-public alloue une aide financière non-remboursable à un organisme (entreprises, associations, collectivités, etc.).

Les subventions peuvent être conditionnées au respect de certaines règles. Il est donc essentiel de bien les intégrer dans son activité. En effet, le non-respect des règles peut conduire un entrepreneur à devoir rembourser les montants perçus.

Les exonérations de charges

Certains dispositifs permettent de réduire, temporairement, les charges à payer sur son activité. Cette forme d’aide concerne, en règle générale, les jeunes entrepreneurs. Il s’agit de les aider à atteindre rapidement leur seuil de rentabilité sans les noyer sous les charges sociales.

Le crédit bancaire

Ce type d’aide consiste à demander un emprunt auprès d’un organisme bancaire. Néanmoins, un emprunt bancaire est souvent accompagné de taux d’intérêt plus ou moins élevés. Le remboursement des annuités et le règlement des intérêts doivent figurer dans le business plan afin d’éviter d’être mis en difficulté.

Le financement participatif

Plus connu sous le nom de crowdfunding, le financement participatif permet d’associer le public au financement de projets associatifs ou entrepreneuriaux. Pour mener à bien une campagne de financement participatif, il est essentiel d’avoir de bons relais et une forte communauté autour de son projet.

L’ouverture du capital social

Les entrepreneurs peuvent également ouvrir le capital social de leur entreprise. Cette décision permet d’apporter des moyens financiers importants rapidement. Néanmoins, les nouveaux actionnaires peuvent prendre part aux décisions de l’entreprise. Ainsi, en ouvrant le capital social à des investisseurs, un entrepreneur accepte de perdre en pouvoir de décision.

Les prix et récompenses

Il existe également, pour les entrepreneurs, la possibilité d’obtenir des prix et des récompenses. Ces concours permettent de distinguer les entreprises dont les activités favorisent les solidarités, l’éco-responsabilité ou l’inclusion sociale. Néanmoins, même si cela reste appréciable pour les entrepreneurs, il n’est pas possible de bâtir un modèle économique viable sur l’obtention de prix.

A quel moment solliciter une aide ?

La demande d’une aide s’inscrit généralement dans une temporalité précise. Ainsi, il existe trois moments où un entrepreneur peut faire appel à des fonds extérieurs :

  • Lors de la création d’une entreprise. Il s’agit du moment privilégié pour obtenir un apport financier. Néanmoins, l’entrepreneur doit justifier la pertinence de son projet entrepreneurial en termes de rentabilité et de positionnement.
  • Lors d’une nouvelle étape de croissance. Certaines entreprises peuvent avoir besoin d’apports pour élargir leur clientèle et s’ouvrir à de nouveaux marchés. Ce type de situation se retrouve lorsqu’une entreprise souhaite développer une innovation technologique ou se lancer dans l’export d’une partie de son offre.
  • Lors d’une menace grave sur l’activité. La vie entrepreneuriale n’est pas un long fleuve tranquille. Certaines entreprises, même stratégiques, peuvent vivre des moments particulièrement difficiles menaçant leur pérennité à court terme. Les aides financières peuvent alors aider à combler les pertes en attendant de jours meilleurs.

 

Les exemples d’aides à étudier pour son projet

Il existe une multitude d’aides qu’un entrepreneur peut solliciter pour son activité. Certaines vont cibler des secteurs en particulier (la construction, la mode, les commerces de proximité, etc.). Néanmoins, pour les jeunes entrepreneurs, certaines aides « classiques » peuvent être demandées.

L’ACRE et l’ARCE

Pôle Emploi propose de nombreuses aides pour les personnes au chômage souhaitant créer une entreprise. L’ARCE permet de « solder » ses droits restants au chômage pour obtenir un capital. L’ACRE permet, quant à elle, de réduire les charges fiscales lors des premiers mois de la création d’activité.

Enfin, il est également possible de cumuler ses droits au chômage avec les premiers revenus de son activité entrepreneuriale.

La Jeune Entreprise Innovante

La création d’une JEI (Jeune Entreprise Innovante) permet d’obtenir des réductions fiscales et des allègements sur la masse salariale assez conséquents. L’entreprise doit être en lien avec des pôles de recherche et des universités.

Afin de réduire les coûts liés aux demandes de dépôts de marques et brevets, le Gouvernement a adopté la loi PACTE. Cette loi permet de sécuriser la propriété intellectuelle des entreprises innovantes.

Initiative, ADIE et BPI France

Les associations Initiative et ADIE sont présentes dans de nombreux départements. Leur objectif est d’aider les entrepreneurs à se lancer en proposant des prêts d’honneur. Ces prêts sont souvent à taux zéro et permettent d’obtenir des financements bancaires complémentaires. La Banque Publique d’Investissement (BPI) propose également ce type de dispositif.

Il convient de souligner qu’un prêt à taux zéro est à rembourser et qu’il ne s’obtient pas nécessairement facilement. Le projet présenté doit être économiquement structuré.

Le chômage partiel

Ce dispositif, autrefois réduit, a été généralisé lors du confinement de mars 2020 pour les entreprises. Cette aide financière conséquente permet de prendre en charge une grande partie de la masse salariale sans que les entreprises n’aient besoin de licencier. L’objectif est de limiter les licenciements et de favoriser la reprise d’activité lorsque la crise sanitaire sera finie.

Le rôle des Régions

Par ailleurs, il est essentiel de bien se renseigner auprès du Conseil Régional. En effet, les Régions proposent de nombreux dispositifs d’aide à la création d’entreprise. Cet échelon local dispose de compétences en matière économique et met en place des programmes souvent pertinents.

En conclusion

Il existe de nombreuses aides, en France, permettant de créer ou consolider son entreprise. Avant de demander une aide, il est essentiel de bien se renseigner sur les tenants et les aboutissants. En effet, l’apport financier d’une aide peut être assorti de contreparties, parfois, très précises.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

X