Témoignage d’Isabelle : Tout abandonner pour devenir freelance en Côte d’Ivoire

Rien ne vaut un témoignage, le récit concret d’une personne pour comprendre l’intérêt, quels peuvent être les avantages et les enjeux de tout abandonner pour devenir freelance. Quel que soit le pays, le lieu, le profil, les objectifs et son expérience de vie… Ici en l’occurrence, nous partons à la rencontre d’Isabelle, une trentenaire originaire de Côte d’Ivoire et qui souhaite revenir dans son pays, tout en exerçant ses compétences en webmarketing…

Bonjour Isabelle, pouvez-vous vous présenter, et nous expliquer votre envie de revenir en Côte d’Ivoire ?

Je suis Isabelle R, j’ai 31 ans et je suis arrivée en France à l’âge de 8 ans. Mes parents sont tous les deux ivoiriens et j’ai donc passé une partie de mon enfance en Côte d’Ivoire. Mes deux grands frères, qui sont dans le bâtiment et l’informatique y sont retournés s’installer il y a quelques années. Mon père étant reparti également, ma mère les a suivis.

Après une petite décennie en entreprise, j’ai eu très envie de revenir à mes origines et moi aussi de franchir le pas. J’ai donc décidé de m’installer en tant que freelance et d’exercer en Côte d’Ivoire, mon pays, qui a bien changé depuis !

Alors, oui mon départ a été facilité car j’ai de la famille là-bas. Mais Je revendique mon indépendance et je ne veux pas trop demander d’aide à mes frères. Cependant, le marketing digital, mon métier, est une activité récente en Côte d’Ivoire et il y a encore beaucoup à faire. D’où la nécessité d’une bonne préparation, de patience et parfois d’un filet de sécurité…

Suite à une opportunité, j’ai décidé de commencer par une mission de consultant freelance en 1 an et de faire le point ensuite. Un an, cela passe vite et je verrai au bout de ces 12 mois si je reste définitivement ou non. J’aime ma famille et ils sont forcément plus heureux que je sois ici, mais je veux aussi être certaine que ce soit le bon choix pour moi.

Je suis aujourd’hui à Abidjan depuis 6 mois et cela se passe très bien. Contrairement à ma famille qui s’est installée en campagne et qui vit donc davantage de manière « reculée ». J’avais besoin d’une vie encore un peu citadine, raison pour laquelle je me suis installée dans la capitale.

Contrairement à Paris où j’étais toujours à courir derrière le métro et à travailler dans l’urgence, ce que j’apprécie en Côte d’Ivoire et en Afrique, c’est que la tendance du « slow down », du travail plus priorisé et ralenti prend tout son sens.

Ce retour aux origines et ce statut relativement nouveau de freelance pour moi prend aujourd’hui une saveur particulière en retrouvant notamment un équilibre entre ma vie personnelle et professionnelle.

Pour rassurer ceux qui peut-être hésiteraient à se lancer en Afrique et en tant que consultant international, je leur répondrais qu’aujourd’hui avec la mondialisation, des réseaux installés quasiment dans tous les endroits de la planète, tout devient possible. Et plus encore lorsque l’on a simplement besoin comme moi, de son ordinateur portable et d’une connexion internet.

Quels sont vos enjeux et vos objectifs de freelance en Côte d’Ivoire aujourd’hui ?

Aujourd’hui, je ressens une réelle de volonté de faire évoluer le freelancing dans des pays d’Afrique et de continuer à proposer mes services en tant que freelance en communication digitale et webmarketing.

Je me sens plus en phase avec le terrain et l’envie de me sentir utile à mon pays en contribuant à l’apport de compétences et d’expertises dont il a besoin pour accroître son développement et permettre aux générations à venir d’exercer des métiers porteurs.

Je travaille tous les jours en lien avec des acteurs français et ivoiriens et c’est très enrichissant. Ici, je crée davantage, alors qu’en France je restais trop focalisée sur mon expertise.

En termes d’organisation aussi cela diffère un peu de mes 9h-19h à Paris. Ici je me lève vers 5h30 avec le lever de soleil selon les saisons et je commence ma journée en faisant du sport. Ensuite je commence à travailler et je me cale sur mes collègues français avec simplement 1h de décalage horaire en moins… Par contre je termine souvent plus tôt qu’eux ! J’en profite alors pour mener mes projets personnels et aller au marché local.

L’entreprenariat en Afrique est encore balbutiant, il ne demande qu’à être développé et encouragé. Et pourtant, en proposant ici mes services de communication et webmarketing, j’ai fait de sacrées découvertes sur leur écosystème numérique et environnemental !

Si je décide de rester ici, j’ai pleins d’idées et de projets…Je souhaite notamment contribuer à faire évoluer les mentalités et la place des femmes dans les technologies.

J’adore avoir d’autres missions – des « side projects » (des projets à côté) – en plus de ma mission principale !

 

Pourquoi avoir choisi le portage salarial à l’international ?

Si je n’étais pas revenue en Côte d’Ivoire, je pense que j’aurais eu des regrets. Qui plus est, je voulais au moins essayer de travailler ailleurs, de sortir de ma zone de confort.

Je n’étais pas sûre de vouloir tout abandonner de suite. Je n’étais pas revenue en Côte d’Ivoire, j’avais une situation confortable en France… J’ai eu envie de conserver ce cadre salarial et mes avantages de salariée française.

Le portage salarial a finalement grandement contribué à m’aider et à finaliser cette décision. Je me suis beaucoup renseignée avant de partir, notamment sur des blogs et sites spécialisés.

Grâce au portage salarial, on profite d’une aisance et d’une sécurité optimale pour exercer parfaitement une mission « offshore ».

Une telle solution vous permet de bénéficier de tous les avantages du statut de salarié détaché à l’étranger ou expatrié, voire même un salarié travaillant pour le compte d’une société étrangère résidente en France. La gestion est allégée et l’accompagnement personnalisé.

Pour conclure, nous remercions vivement Isabelle et nous espérons que ce témoignage très authentique, original et inspirant d’Isabelle vous a ouvert les yeux et vous a donné envie d’exercer votre activité de freelance à l’international. Et pourquoi pas en Afrique !

 

 

Témoignage d’Isabelle : Tout abandonner pour devenir freelance en Côte d’Ivoire
Notez cet article

Caroline Worenbach

Caroline Worenbach

Chargé de communication au sein d’une société de Portage, je profite de ce site internet pour partager avec vous mes connaissances et l’actualité de ce secteur d’activité en plein développement.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

X