Comment fonctionne le portage salarial ?

2 Comment fonctionne le portage salarial

 

Le portage salarial est une forme d’emploi initialisé à la fin des années 80 et légalisé depuis 2008. Selon l’article L1251-64 du Code du travail, il s’agit d’une relation contractuelle unissant une société de portage, des entreprises clientes et une personne portée. Ce dispositif original permet au consultant de garder son indépendance tout en gardant les avantages liés au statut de salarié.

Quel est le principe du portage salarial ?

Le principe du portage salarial est simple. Le salarié porté garde toute son indépendance dans l’exécution de son travail. Comme tous les consultants, il reste autonome dans le choix des missions qu’il souhaite accepter, en fonction de ses envies et des opportunités qu’il trouve. En contrepartie de son travail, il ne perçoit pas d’honoraires de son client, mais un salaire, versé par la société de portage à laquelle il s’est adressé. Ce salaire est prorata du chiffre d’affaires qu’il réalise. La société de portage lui rembourse également ses frais professionnels. En étant salarié, il garde également tous les avantages auxquels un salarié d’entreprise classique a droit. Ainsi, il possède une couverture sociale, une retraite. Entre les missions, il peut aussi percevoir des indemnités de chômage.

Quelle est la fonction de la société de portage ?

Une fois que le consultant a trouvé une mission, la société de portage salarial établit donc un contrat de prestation avec l’entreprise cliente. Ce contrat détermine les termes de la mission que le consultant aura à effectuer pour l’entreprise cliente. En parallèle, elle signe également un contrat de travail avec le consultant porté. C’est ce contrat qui permet au consultant de prétendre à tous les avantages d’un statut de salarié.

La société de portage s’occupe de toute la partie administrative à la place du consultant. Comme n’importe quel salarié, le consultant porté s’occupe exclusivement des missions. Les questions administratives, juridiques et comptables sont prises en charge par la société de portage salariale. C’est cette dernière qui se charge de facturer les différentes interventions effectuées par le consultant, d’encaisser les honoraires versés par les clients, de calculer et de déclarer les différentes charges sociales.

Portage salarial : quels changements pour le consultant ?

Le statut du consultant porté ne diffère pas vraiment de celui du consultant indépendant puisqu’il reste maître de son temps dans l’exécution de ses missions. Même s’il a un statut de salarié, il est libre de mettre en place les actions commerciales qui lui semblent les plus pertinentes dans l’atteinte de l’objectif qu’il s’est fixé. Cela ne signifie pas pour autant qu’il ne peut pas faire appel à l’aide de la société de portage s’il le juge nécessaire. L’équipe de la société de portage peut en effet l’aider dans sa prospection de clients et l’établissement de sa stratégie de communication. La société de portage peut aussi l’aider à se perfectionner, pour améliorer ses capacités techniques, parfaire son discours commercial et affiner ses offres.

Émancipé de toutes les tâches administratives inhérentes à l’activité d’indépendant, le salarié porté peut se consacrer entièrement à son cœur de métier et trouver le juste équilibre entre sa vie professionnelle et personnelle. Selon ses envies, il peut accepter plus de missions ou au contraire, se ménager du temps pour lui et sa famille.

Grâce au portage salarial, le consultant bénéficie d’une assistance juridique, que ce soit dans le règlement d’un litige avec un client ou dans la rédaction d’un contrat. Il bénéficie également d’une assurance responsabilité civile professionnelle. Cette assurance lui couvre pour tous les dommages corporels ou matériels qu’il peut causer pendant qu’il réalise une mission chez un client.

Quels sont les frais de gestion du portage salarial ?

En contrepartie de tous les services qu’elle offre au consultant, la société de portage prélève des frais de gestion sur le chiffre d’affaires cumulé que ce dernier a pu réaliser. Ces frais de gestion prélevés par le portage salarial visent à compenser les dépenses que la société de portage a engagées pour exécuter sa prestation. Ils correspondent ainsi aux dépenses de fonctionnement de la structure juridique de la société de portage : taxes et impôts, salaires des dirigeants et des salariés, coûts fixes, etc. Ils incluent également les frais de gestion du portage lui-même, c’est-à-dire la mise en place du dossier du consultant, l’élaboration du contrat de prestation et de travail, la déclaration unique d’embauche du consultant auprès de l’URSSAF, la facturation des recouvrements des différentes factures, les différentes cotisations obligatoires, etc.

Les frais de gestion varient d’une société de portage à l’autre, mais d’une manière générale, ils se situent entre 5 et 15 % du chiffre d’affaires cumulé par le consultant. Certaines sociétés de portage appliquent le principe de dégressivité dans le calcul des frais de gestion. En d’autres termes, plus le chiffre d’affaires cumulé par le consultant est important, moins le pourcentage prélevé sur ses honoraires est élevé.

 

 

X