La différence entre le portage salarial et l’intérim

Portage salarial

Il n’est pas rare de confondre l’agence d’intérim avec les sociétés de portage salarial. Pourtant, les deux formes d’emploi sont entièrement différentes. Voici quelques éléments qui permettent de comparer le portage salarial et l’intérim.

Intérim et portage salarial : pourquoi y a-t-il une confusion ?

Si l’intérim et le portage salarial sont souvent confondus, c’est surtout parce que le principe présente des similarités. Tous les deux mettent en effet en place une relation tripartite. Toutefois, la ressemblance s’arrête là. L’intérim est une forme de travail qui permet à une entreprise de faire appel à un professionnel pour remplacer temporairement l’un de ses collaborateurs ou pour faire face à un accroissement temporaire de son activité. L’intérimaire est relié à l’agence d’intérim par un contrat de mission. Il est souvent appelé pour exécuter des missions qui nécessitent des compétences techniques et manuelles.

Le portage salarial, lui, est un dispositif assez récent, uniquement réservé aux professionnels qui justifient d’une autonomie dans la gestion de leur activité, d’un niveau de qualification bien déterminé et d’un seuil de rémunération suffisant. Le salarié porté est lié par la société de portage par un contrat de travail en CDD ou en CDI. Il conserve le statut de salarié, mais possède pourtant l’opportunité d’exercer son métier avec la liberté d’entreprise d’un travailleur indépendant. La société de portage s’occupe de toutes les obligations administratives et comptables du salarié porté et lui verse chaque mois un salaire équivalent à une partie de sa facturation hors taxe.

Le portage salarial permet d’avoir plus d’autonomie

Les intérimaires et les salariés portés ont tous les deux un statut de salarié. Pourtant le porté bénéficie davantage de liberté dans l’exécution de son travail. D’abord, il n’est pas employé de l’entreprise où il intervient. Ainsi, il n’est pas soumis à une subordination hiérarchique et ne reçoit pas d’imposition d’heure de travail. Il est libre d’intervenir à sa convenance. Sa seule obligation est d’exécuter la mission dans le délai imparti, qui est déterminé dans son contrat de prestation. Ainsi, le porté n’est pas obligé de se rendre dans les locaux de l’entreprise pour exécuter sa mission. Il peut travailler de chez lui, dans un espace de coworking, etc.

L’autre différence entre le statut d’intérimaire et de salarié porté réside aussi dans l’indépendance dans le choix de ses missions. En intérim, le salarié se voit imposer les missions que l’employeur a prospectées lui-même. En théorie, l’intérimaire est libre de refuser une mission, si celle-ci ne lui convient pas, mais dans la pratique, il n’en est rien. Il est même dans son intérêt d’accepter les missions proposées puisqu’en cas de multiples refus, les agences d’intérim peuvent le blacklister et il ne verra plus proposer des missions. La situation est entièrement différente en portage salarial puisque le salarié porté est tout à fait autonome dans la gestion de son activité. Il est en effet responsable de sa prospection. Il peut accepter les missions de son choix, à condition que celles-ci répondent aux critères de qualification et de rémunération minimale demandés par l’entreprise de portage salarial.

Le salarié porté fixe lui-même ses tarifs

L’autre différence entre le portage salarial et l’intérim se situe au niveau de la fixation de la rémunération. Le salarié porté, est libre de négocier son taux honoraire avec ses clients. Il est libre de fixer ses tarifs en fonction du type d’intervention qui lui est confiée, la durée de la mission ainsi que son niveau d’expertise. L’intérim, lui, n’a pas cette opportunité. Sa rémunération est généralement fixée à l’avance, et déterminée par la grille tarifaire de l’entreprise cliente. Comme celle-ci recherche davantage une main-d’œuvre bon marché qu’un professionnel hautement qualifié, la rémunération est relativement basse par rapport à celle du salarié porté.

Le portage salarial : moins précaire que l’intérim

L’intérim est souvent considéré comme un statut précaire puisqu’il s’adresse en priorité aux travailleurs dotés de peu de qualifications. Par ailleurs, le niveau de la rémunération est bas et l’intérimaire bénéficie d’une marge de manœuvre assez limitée. Par ailleurs, comme il est tributaire des missions proposées par son agence, il peut faire face à de longues périodes d’inactivités.

Le salarié porté, lui, jouit d’un statut plus sécurisé. Son niveau d’expertise est souvent convoité par les entreprises et lui permet de trouver aisément des missions et de réduire ainsi sa période d’inactivité. Par ailleurs, comme il est libre de fixer ses tarifs, il peut se constituer une réserve pour se verser une rémunération durant la période d’intermission. Le salarié porté est aussi mieux protégé dans l’exercice de ses missions. Il jouit d’une assurance responsabilité civile professionnelle qui le couvre en cas de préjudices causés dans le cadre de ses missions. En cas de litige avec son client, c’est cette assurance qui prend donc en charge le paiement des éventuels dédommagements que le client peut réclamer.

 

 

 

X