Président Macron 1

Emmanuel Macron : en marche vers la grande refonte du marché du travail

Comme l’instabilité et la précarité de l’emploi impactent aujourd’hui plus de 6 à 8 millions de Français, le retour au plein emploi et la refonte du droit de travail sont au cœur des préoccupations. En faveur des relations contractuelles au détriment des rapports hiérarchiques, les métiers de demain prévoient notamment une importante mutation dans le modèle économique traditionnel. C’est pourquoi le marché du travail est un chantier passionnant et engageant auquel le Président Macron projette de faire un important remaniement pour les prochaines années à venir. Mais alors, quelles sont les priorités présidentielles pour pouvoir remettre la France En Marche d’un point de vue professionnel et économique ?

Le programme « En Marche » dans le secteur de l’emploi

Alors que le régime précédent n’a pas toujours rendu facile la vie des auto-entrepreneurs à travers des démarches administratives et fiscales plus ou moins complexes, la multi activité, ainsi que le travail indépendant continuent pourtant leur envol au détriment de la société de salariat. Malheureusement, ces dispositions légales et juridiques fon t que la plupart des travailleurs indépendants n’ont pas l’assurance d’une sécurité de l’emploi en cas de perte d’activités. Ceux qui détiennent déjà un emploi stable mais qui ne s’émancipent pas pour autant dans leur travail redoutent, quant à eux, d’évoluer professionnellement par peur des risques liés à la précarité de l’emploi. Pour faire face à ces incertitudes et pour renforcer les relations contractuelles en France, Macron prévoit alors la mise en place d’une assurance chômage universelle. Les 3 millions de travailleurs indépendants actuels peuvent s’attendre à de nouvelles protections professionnelles, quel que soit leur statut. Si la perte de l’emploi ne peut pas être radicalement évitée dans un univers professionnel obsolète, cette mesure permet néanmoins de garantir une protection pour pouvoir franchir le cap du travail indépendant et pour évoluer d’un métier à un autre plus sereinement.

L’assurance-chômage pour tous s’intègre parfaitement à ces impératifs de pluriactivité. Désormais, les travailleurs cumulant des emplois ne devront plus jongler entre les garanties collectives et les couvertures à titre individuel en cas de chômage, étant donné qu’ils seront couverts de la même manière indépendamment de leurs statuts professionnels. Outre l’assurance-chômage universelle pour tous, les salariés démissionnaires peuvent également avoir droit à l’assurance-chômage, s’ils choisissent de changer d’activité ou de développer un projet professionnel. Cette mesure à double tranchant incite d’un côté les entreprises à améliorer la qualité de vie au travail et de l’autre à susciter la création de nouvel emploi. Bien entendu, les allocations chômage peuvent être suspendues si la recherche d’emploi n’est pas la priorité du démissionnaire.

Pour optimiser le marché de l’emploi, En Marche mise également sur la mise en place d’un programme de formation professionnelle poussé. Cela s’explique par le fait que le marché professionnel fait l’objet de remaniements incessants, avec des métiers émergents associés aux nouvelles dispositions réglementaires et technologiques d’une part et d’autre part avec la précarité de certaines fonctions qui sont vouées à disparaître. Pour s’émanciper par le travail et pour saisir les diverses opportunités d’emploi, les actifs –jeunes et moins jeunes – ont alors intérêt à suivre des formations professionnelles ciblées. Ce projet de refonte de la formation professionnelle vise à rendre la démarche plus transparente, plus simple et plus efficace pour tous. L’idée est alors de proposer des formations qui correspondent aux besoins du marché et aux aspirations individuelles des formés d’un côté et de permettre aux organismes de formation d’afficher l’impact et la performance de chaque accompagnement intensif de l’autre. L’accès à la formation sera possible pour tous, y compris pour les jeunes peu qualifiés et les chômeurs de longue durée faiblement qualifiés.

Les réformes du marché de travail, en faveur des alternatives au salariat

Au regard de l’évolution du marché du travail, le programme En Marche prône les relations contractuelles et la multiactivité en général afin de faire face à la précarité de l’emploi. Comme plus de 90% des travailleurs en France sont dans le secteur du salariat, les régimes précédents ont toujours privilégié les CDI, que ce soit en matière de protection sociale que de réglementation juridique. Toutefois force est de constater que le salariat décroît en faveur de nouvelles formes de travail alternatives ces dernières années. Une baisse des CDI de plus de 2% contre une augmentation de 4% des freelances ont été notamment constaté entre 2011 et 2013 et cette mutation ne cesse de s’accentuer avec les années. L’idée est alors de faciliter l’accès à l’emploi pour les travailleurs indépendants, qu’ils optent pour la sous-traitance, le statut de freelance, le portage salarial, ou encore le management de transition.

Pour pouvoir offrir plus de flexibilité et de sécurité au travail indépendant, la tendance est à l’économie collaborative. Cela suppose une réforme dans la conception même du droit du travail, le déchargeant de son côté rigide et inflexible, mais en le définissant comme étant désormais une opportunité pour tous d’accéder à l’emploi. Un assouplissement de la législation en vigueur est alors attendu, afin de permettre aux travailleurs indépendants de bénéficier d’un régime plus ou moins similaire à celui des salariés. Les relations traditionnelles hiérarchiques ne seront plus ainsi les seules normes applicables. Pour correspondre aux impératifs des nouvelles formes de travail, l’idée est de mettre en place des relations de prestations de service, voire des conventions collectives adaptées à ces nouvelles professions. Le management de transition est également au cœur des projets présidentiels. Excellente alternative au salariat, cette forme de travail se distingue par sa capacité à équilibrer l’optimisation des performances en entreprise et la souplesse des prestations proposées. Et bien entendu, le portage salarial trouve naturellement sa place dans ce tout nouveau décor prévu pour le marché de travail en France. Permettant le cumul des activités, il favorise l’émancipation professionnelle, tout en garantissant la protection de l’emploi.

Emmanuel Macron : en marche vers la grande refonte du marché du travail
Notez cet article

Valérie Bauban

Valérie Bauban

Après avoir appris sur Internet quoi de plus normal que de partager à son tour. Freelance depuis une quinzaine d’année et passionné par l'entrepreneuriat j’aime partager mes opinions et conseils.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

X