attentes d'une entreprise qui recherche un consultant en portage salarial

Quelles sont les attentes d’une entreprise qui recherche un consultant en portage salarial ?

Devenir consultant est un métier d’avenir. En effet, c’est un métier ouvert à de nombreuses opportunités de développement et dans lequel le professionnel peut se retrouver dans des environnements de travail extrêmement évolutifs, d’une mission à une autre. Peu importe les motivations, ce segment de marché attire aussi bien les jeunes diplômés que les plus expérimentés en quête d’une activité professionnelle plus flexible. Pour se démarquer des autres prestataires, voici l’essentiel à savoir.

Les valeurs relationnelles du consultant

Etre consultant en portage salarial, c’est avant tout être en mesure de communiquer. Le consultant est amené à donner ses conseils d’expertise à la demande d’une entreprise. Exerçant un business de relations, le consultant porté aura tout intérêt à s’intéresser aux sciences comportementales, afin de faciliter la communication et d’instaurer une relation de confiance avec ses interlocuteurs.

L’aptitude pour la communication du consultant ne se limite pas à la faculté d’expliquer son propre point de vue à l’audience. Cela sous entend aussi une capacité d’écoute accrue d’une part et d’autre part une aptitude à s’exprimer devant un public varié, depuis le chef d’entreprise à l’employé subordonné exécutif, de l’équipe dirigeante au personnel non cadre. Basé sur la communication, le rôle du consultant dépend de sa capacité à partager des connaissances utiles. Réactif et accessible, il s’engage à répondre rapidement aux requêtes de ses prospects. Ce faisant, son objectif n’est pas de proposer à tout prix des solutions, mais plutôt d’être à l’écoute et d’être disponible, sans que la partie rémunération et  temps de traitement du dossier soient systématiquement évoqués.

La simplicité est, également, un atout phare du consultant. Etre un expert ne signifie pas imposer son avis ou considérer tous ses interlocuteurs comme des incapables. Une telle réaction peut provoquer la désapprobation de l’équipe et altérer la bonne marche des processus de gestion de projet. Le consultant doit plutôt améliorer la communication avec son client pour faciliter les échanges. Il devra intégrer un esprit d’entreprise en se hissant au titre de collaborateur, plutôt que de juge ou de professeur. En restant courtois et aimable, le consultant peut s’attendre à ce que l’on fasse de nouveau appel à ses services.

Les valeurs humaines du consultant

Si on choisit d’être consultant, c’est bien souvent parce que l’on souhaite plus de disponibilités et de libertés dans sa profession. Conscientes de cet état d’esprit, les entreprises déclinent les services d’un prestataire qui choisit de faire le strict minimum, les yeux continuellement rivés sur sa montre. En revanche, ils n’hésitent pas à payer plus qu’il ne le faut pour des collaborateurs qui s’investissent réellement dans le bon déroulement de leur projet.

Pour une entreprise, la confiance avec ses prestataires est primordiale. Et pour cause, elle est prête à confier son avenir entre les mains d’un tiers qui ne partage aucun passé ni aucun présent avec elle. En rémunérant le consultant par mission ou par projet, une entreprise part du principe que les prises de décision futures peuvent, en revanche, prendre un autre tournant historique sous le conseil du seul freelance. Pour inspirer confiance, le consultant doit à alors s’engager à respecter tous ses engagements et promesses.

En missionnant un consultant, une entreprise s’attend à ce que celui-ci soit organisé. Comme elle recourt à ses services pour apporter LA solution à sa problématique, le consultant doit être en mesure d’honorer les délais. De l’autodiscipline est de mise, outre une entière disponibilité étant donné que le seul examen de rendement est la capacité ou non à satisfaire les attentes du client en temps et en heure. L’autonomie et la rigueur sont autant de qualités fortement appréciées par les entreprises qui font appel aux services des conseils externes.

Le consultant n’est pas un simple conseiller. Il doit détenir de solides compétences de vendeur pour vendre ses services et son savoir-faire. Cela se traduit, en effet, pour le client comme une confiance en soi et à ses valeurs. Si un consultant ne sait pas se vendre constamment, il sera difficile pour lui de convaincre son interlocuteur de la fiabilité de ses propres conseils.

Enfin, les clients apprécient fortement les consultants qui font une veille constante de leurs métiers. Si le conseiller propose une solution dépassée, il sera difficile pour l’équipe de mettre en pratique tous ses autres conseils avisés. Et pour cause il ne faut pas perdre de vue que pour les interlocuteurs autres que le chef d’entreprise, la présence du consultant est en soi synonyme de leur « échec » en interne.

Les capacités d’analyse du consultant

Pour ne pas être une menace pour le reste de l’équipe, le consultant doit rester objectif et humble. Sa mission étant d’accompagner son client dans la mise en place de solutions réalisables et performantes – là où ils ont échoué en interne – le consultant ne doit pas oublier que la gestion d’une problématique donnée est un travail collaboratif.

Il est osé pour un consultant de prétendre trouver la solution à un problème qui n’est pas le sien. Sa mission est plutôt d’aider le client à analyser son problème dans un regard nouveau et à en trouver par lui-même la solution. Sur la base des faits uniquement, et ce, sans porter ni prendre en considération tout jugement personnel, le consultant doit aider son client à clarifier le problème et à adapter les solutions correspondantes.

Des capacités d’analyse et de diagnostic sont nécessaires pour identifier chaque problème. Dans le cadre de la réalisation d’un projet de conseil, le consultant doit être en mesure de collecter les bonnes données dès le départ. Poser les bonnes questions, étudier le contexte, dissocier les constituants, analyser les faits en profondeur, structurer les problématiques… s’inscrivent systématiquement dans la démarche du conseiller. En tant qu’expert externe, il pourra alors proposer une résolution créative des problèmes, y compris ceux difficiles au premier abord.

Quelles sont les attentes d’une entreprise qui recherche un consultant en portage salarial ?
Notez cet article

Thomas Paranis

Thomas Paranis

Après 11 ans à la tête de ma propre entreprise de conseil, j’ai décidé pour des raisons personnelles de cesser cette activité et d’avoir recours au Portage salarial. Aujourd’hui je souhaite partager mon expérience et mes connaissances sur cette nouvelle forme d’emploi encore peu connue en France.

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

X