choisir statut pour devenir freelance

Quel statut choisir pour devenir freelance : comparatif des différents statuts?

Après plusieurs années de bons et loyaux services au sein d’une entreprise, vous vous décidez à devenir freelance. Avant de vous y lancer, vous devrez vous interroger sur le statut le plus adapté. Pour vous aider, voici un comparatif des statuts existants avec leurs avantages et inconvénients.

Auto-entrepreneur 

En optant pour le statut d’auto-entrepreneur, vous profiterez d’une simplicité de démarches et éviterez de souscrire auprès du Registre du commerce ou du Répertoire des métiers. Votre démarche est également simplifiée pour l’évaluation et le règlement de vos charges sociales. Vos obligations comptables sont réduites, seul le registre recettes-dépenses étant exigé. Vous profiterez aussi de diverses exonérations fiscales. Par ailleurs, si vous ne réalisez aucune recette, vous n’aurez à payer ni impôts, ni charges sociales. Ce sont les raisons pour lesquelles une partie non-négligeable des personnes choisissant de devenir freelance opte pour ce statut. Sans oublier la possibilité d’obtenir des aides financières de l’Etat ou d’une entité privée à la création d’entreprise.

Il faut cependant reconnaître qu’en optant pour le statut d’auto-entrepreneur, vous vous soumettez également à certains risques susceptibles de compromettre la rentabilité de votre activité. Tel est le cas du calcul des cotisations relativement au chiffre d’affaires et non aux bénéfices perçus, ou encore des responsabilités importantes qui vous incombent. Il faut aussi citer l’impossibilité de la récupération de la TVA sur les achats et le plafonnement du chiffre d’affaires. Enfin, si vous aspirez à une aide en matière de gestion, vous ne serez jamais autorisé à recruter.

Portage salarial

Comme le statut d’auto-entrepreneur, le portage salarial vous fournit une plus grande liberté dans l’exercice de votre activité. Vous n’aurez pas à vous soumettre à des contraintes de hiérarchie. Vous vous occuperez, seul, de prospecter, de trouver vos clients et des conditions de votre contrat. Vous rendez par ailleurs service à une entreprise cliente en lui épargnant des charges parfois lourdes, liées au recrutement de main-d’œuvre qualifiée, entre autres.

Mais si avec le statut d’auto-entrepreneur, vous devez encore effectuer des démarches administratives, même simples, avec le portage salarial, en revanche, vous n’aurez pas à vous soucier de la partie administrative de votre activité. C’est la société de portage qui s’occupera de toutes les formalités, de la facturation et de la comptabilité. Cela ne vous empêchera pas pour autant de bénéficier des mêmes avantages qu’un salarié : régime général, assurance chômage, etc. Si vous souhaitez devenir freelance, le meilleur statut est le portage salarial du fait de la sécurité qu’il procure.

Le portage salarial n’est, cependant, pas vraiment adapté à toute activité. Si vous voulez exercer une activité artisanale ou commerciale, entre autres, le statut d’auto-entrepreneur vous conviendra mieux.

Enfin, si vous voulez devenir freelance, sachez qu’avec le portage salarial, vous devrez remplir les obligations suivantes pour bénéficier d’une couverture chômage : statut de cadre, salaire mensuel d’au moins 2 900 euros bruts pour un emploi à temps plein, souscription d’une garantie financière auprès d’une institution de crédit et comptes rendus réguliers à la société de portage.

La SARL

Une personne voulant devenir freelance peut aussi opter pour le statut de SARL. Comme son nom l’indique, cette dernière a comme principal avantage la limitation des responsabilités. Celle de l’entreprise, en tant que personne morale, peut être mise en cause. Cependant, la responsabilité des associés est limitée à leurs apports au capital. Cela ne veut néanmoins pas dire que vous pourrez faire tout ce que vous voulez en choisissant ce statut, votre responsabilité de gérant pouvant être engagée si vous commettez un acte prohibé par la loi. A l’inverse, votre responsabilité financière ne pourra être mise en cause qu’à hauteur de votre participation au capital. En plus de cela, ce statut vous permettra de mettre en place des partenariats, en ouvrant le capital à de nouveaux associés. Et si vous êtes à la charge de la gestion de la SARL, vous pourrez être rémunéré à titre de travailleur « assimilé salarié ». Ce qui vous donnera la possibilité de bénéficier de la couverture sociale des salariés. Ce dernier avantage ne vous sera, cependant, pas accessible si vous êtes actionnaire majoritaire.

Il existe deux inconvénients majeurs de la SARL qui poussent plutôt les personnes souhaitant devenir Freelance vers le portage salarial. Le premier est la création de la société qui nécessite la rédaction de statuts constitutifs et leur dépôt auprès du greffe du tribunal de commerce, ainsi qu’une immatriculation plus chère que celle d’une entreprise individuelle. Le second est le formalisme de son fonctionnement qui requiert la validation des comptes par un expert-comptable à chaque clôture de bilan et la tenue d’une assemblée générale annuelle.

L’EURL

Ce statut intéresse, en premier lieu, des personnes souhaitant devenir freelance par la limitation de la responsabilité du dirigeant aux montants de sa participation, comme avec une SARL. Son capital libéral est également un de ses plus importants atouts. Ainsi, en montant une EURL, vous pourrez cumuler apports en numéraire (chèques ou virements), apports en espèces et apports en nature (véhicule, clientèle, matériel informatique, local, etc.). Vous pourrez par ailleurs transmettre votre entreprise facilement à vos enfants, de manière progressive, sans avoir à payer des taxes.

 La cession, quant à elle, donne la possibilité d’être exonéré des plus values après plus de 5 ans d’activité. L’évolution vers la SARL-SAS ne nécessite pas un nouveau départ. La seule formalité à accomplir est la modification des statuts. A noter, par ailleurs, que des formalités simplifiées sont mises à la disposition des personnes qui souhaitent devenir Freelance avec le statut EURL. Celles-ci n’ont qu’à demander au centre de formalités des entreprises ou au greffe du tribunal de commerce  de leur remettre le modèle de statut-type.

Enfin, le statut d’EURL vous accorde la possibilité de choisir l’impôt sur les sociétés pour bénéficier d’une réduction de vos cotisations sociales.

Quel statut choisir pour devenir freelance : comparatif des différents statuts?
Notez cet article

Caroline Worenbach

Caroline Worenbach

Chargé de communication au sein d’une société de Portage, je profite de ce site internet pour partager avec vous mes connaissances et l’actualité de ce secteur d’activité en plein développement.

More Posts

3 commentaires

Get RSS Feed
  1. Pingback: Toutes les questions à se poser avant de se lancer en solo - Guide du portage salarial - Leportagesalarial.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

X